Plaquette SCBF Télécharger le PDF | Consulter en ligne

Présentation de l'initiative

Le mot du sage

«On se définit souvent de façon trop étroite. Mieux vaudrait se situer dans la dynamique d'une initiation sans cesse renouvelée. Je ne sais pas grand-chose, mais j'ai le devoir de chercher à me comprendre, comprendre les autres et comprendre le vaste monde. On a voulu prématurément catégoriser et créer des tiroirs dans l'expression cinématographique du continent africain et cela a été très dommageable à plus d'un titre. Combien d'élans n'ont pas été coupés? Combien de personnalités d'auteurs n'ont pas été étouffées? Combien de fausses oppositions n'ont pas été artificiellement créées entre des cinéastes qui pouvaient se féconder mutuellement? Combien de générations de familles, de clans et de statuts de cinéastes n'ont pas été hâtivement installés, semant confusions, frustrations et vaines acrimonies au sein de la communauté des cinéastes africains?

Les blocages les pires sont ceux qui nous empêchent de nous ouvrir aux autres et à leurs œuvres, de considérer que leurs succès et leurs conquêtes, loin de nous priver de quoi que ce soit, nous enrichissent tout au contraire.

Bien sûr, toutes les autres questions non résolues relatives au financement de nos films, à leur distribution et leur exploitation sur notre continent, à la formation de jeunes professionnels, à l'émergence d'une critique endogène, au déficit d'exposition des récits africains sur les chaînes de télévision, etc. constituent eux aussi de réels blocages mais je fonde beaucoup d'espoir sur notre capacité à les lever peu à peu.

Je suis foncièrement optimiste parce que je crois que l'Afrique dispose de toutes les ressources humaines et économiques, de toutes les énergies et du talent pour inventer sa propre destinée. Cela peut prendre du temps mais peu importe, le mouvement est amorcé et mille feux féconds couvent déjà. Des images, des récits et des histoires attendent de surgir en flots continus que rien ne saura contenir. L'Afrique va nécessairement trouver son tempo et son souffle bientôt.»

Gaston Kaboré, réalisateur, Ouagadougou

Charte, statuts et règlements Archive: Rencontre de lancement, 27 - 29 février 2012, Ouagadougou